Utiliser l’eau d’un puits : que peut-on faire ?

Si vous avez un puits sur votre terrain, il peut être tentant d’utiliser l’eau du puits pour économiser sur la facture. Mais qu’avez-vous le droit de faire, au juste ? Et qu’est-ce qui est techniquement réalisable ? Faisons le point sur les usages de l’eau d’un puits.

Petit point de droit : peut-on utiliser l’eau d’un puits ?

Tout d’abord, en France, vous devez déclarer en mairie votre utilisation d’eau de puits. Il est d’ailleurs de même pour utiliser l’eau de pluie, même si peu de personnes le font. La raison ? Tout prélèvement d’eaux souterraines (et c’en est un) peut polluer la nappe phréatique : il faut donc faire attention lors de la construction des puits et des prélèvements. Ensuite, l’eau prélevée pourrait se retrouver mélangée au réseau public d’eau potable (à la suite d’un mauvais raccordement par exemple) et contaminer cette dernière.

Enfin, depuis 2009, il est obligatoire d’installer un compteur d’eau, qui relève les volumes prélevés dans la nappe. En effet, les eaux prélevées deviennent « eaux usées » après leur utilisation, ce qui a un coût pour la collectivité. Il faut donc payer une redevance, en moyenne 340 euros par 1000 m3 d’eau rejetée.

Pomper l’eau d’une nappe phréatique, un geste pas si anodin..

Eau de puits : quel usage ?

L’eau des puits n’est pas potable. C’est une évidence, mais il est impossible de la boire… et même illégal ! Seulement dans certains cas, il est possible de boire l’eau des puits (si l’habitation n’est pas raccordée, et si elle est correctement traitée avant usage).

En revanche, vous pouvez tout à fait :

  • Arroser les plantes, le potager, le jardin
  • Nettoyer une terrasse, une voiture
  • Alimenter les WC
  • Alimenter le lave-linge et le lave-vaisselle, à condition d’avoir fait analyser l’eau avant

Mais dans tous ces cas, il est absolument indispensable de relier les canalisations à un réseau différent de l’eau de la ville ! Vous ne pouvez donc pas alimenter « le robinet du jardin » à la fois avec l’eau du réseau et l’eau du puits.

Pomper l’eau de pluie : quelle pompe ?

Bien sûr, vous pouvez vous en sortir avec un seau, une corde et une manivelle. Néanmoins, vous constaterez rapidement que le rendement est assez mauvais ! Vous pouvez investir dans une pompe à eau spécifiquement destinée à prélever l’eau d’un puits. Comment la choisir ? La meilleure pompe à eau sera celle qui correspond parfaitement à votre besoin. Ce n’est pas une question de marque. Vous devez veiller aux critères suivants :

  • La profondeur du puits. Elle déterminera notamment si vous avez besoin d’une pompe immergée (avec un flotteur) ou si une pompe de surface suffit (adaptée aux petites profondeurs)
  • Le débit, exprimé en mètres cube par heure.
  • La qualité de l’eau prise en charge (une eau claire ne se pompe pas de la même manière qu’une eau trouble, pleine de sable, qui demandera l’usage de filtres spécifiques).
1
Promo -41%
Mise à jour le : 27/11/2021 05:40

Vous devez aussi être attentif à la hauteur nanométrique totale, ou élévation nanométrique. Cette donnée, exprimée en mCe (mètres de colonne d’eau) correspond à la pression nécessaire pour faire remonter l’eau du puits. Elle est liée à la différence d’altitude entre l’endroit où est pompée l’eau et l’endroit où elle doit ressortir, mais aussi à la pression du mécanisme de pompage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *