Accès à l’eau potable dans le monde : les chiffres importants à connaître

Alors que la France subit actuellement en 2022 des périodes de sécheresse historiques, la question des réserves en eau est sur toutes les lèvres. Car si jusqu’à maintenant, nous n’avons jamais été vraiment inquiétés par cela dans l’hexagone, il n’en est pas de même dans de nombreuses régions du monde où l’accès à l’eau potable est très difficile. Voyons dans cet article quelques chiffres révélateurs afin que vous preniez conscience de ce sujet écologique majeur.

29% de la population mondiale ne dispose pas d’eau potable à domicile

Tout d’abord, il convient de préciser ce que nous entendons par “avoir accès à l’eau potable à domicile”. Cela désigne ici de l’eau non contaminée qui est disponible au moins 12 heures par jour et directement au domicile, sans avoir à se rendre dans un puits public par exemple. Environ 71% de la population mondiale vérifiait ces conditions en 2015. Voyons maintenant plus en détail ce qu’il en est pour les 29% restants.

11% de la population du monde n’a pas accès à l’eau potable à moins de 30 minutes

Selon la définition donnée par l’OMS, l’accès à l’eau potable signifie “à moins de 30 minutes en comptant l’aller et le retour”. S’il est vrai que ce pourcentage a eu tendance à diminuer par rapport à 2000 où on était plutôt autour de 13%, ce pourcentage cache de grosses inégalités régionales puisqu’environ 50% des africains sont représentés. Et si sur les 11% actuels, environ 37% peuvent tout de même obtenir de l’eau potable en faisant plus de 30 minutes aller-retour, 63% doivent se contenter des points d’eau suivants.

  • Puits ou sources non protégés et souvent pollués (risque plus élevé d’avoir des diarrhées ou d’attraper des maladies contagieuses comme le choléra).
  • Eaux de surface (lacs, rivières, canaux d’irrigation…) non traitées qui sont parfois contaminées par des matières fécales et des produits chimiques venant d’usines des alentours.
À lire aussi :  La méthanisation des eaux usées : produire de l'énergie à partir des boues

En nombre absolu, cela correspond ainsi à plus de 600 millions de personnes qui sont contraintes de boire une eau potentiellement polluée et environ 300 millions qui doivent réaliser de longs trajets chaque jour pour s’abreuver sans risquer leur santé.

17% des humains sont contraints de faire un trajet de moins de 30 minutes chaque jour

C’est l’autre pourcentage marquant qui date de 2015 et qui équivalait à ce moment-là à 1275 millions d’individus dans le monde. Comme nous sommes plus nombreux en 2022, cela signifie que ce chiffre brut a très probablement augmenté. Là encore, on a du mal à se représenter ce que ça signifie au quotidien. Il faut vous imaginer réaliser un quart d’heure de marche chaque jour afin de pouvoir boire, cuisiner ou vous laver les dents. Auriez-vous le sentiment d’avoir réellement “accès” à l’eau ?

Surtout que si vous allez la chercher à pied sur une route accidentée où l’utilisation d’un véhicule est difficile, il vous faudra certainement plusieurs allers et retours. C’est pourquoi disposer d’eau potable à domicile n’a pas de prix et c’est vers cela qu’on essaie de tendre à l’heure actuelle.

Si nous ne multiplions pas par 4 nos efforts, la situation risque d’empirer gravement

Afin que l’accès à l’eau potable partout dans le monde soit rendu possible, nous ne pouvons pas nous contenter de rester les bras croisés. S’il est vrai que certains progrès ont été réalisés ces dernières années, ils sont nettement insuffisants si on souhaite vraiment endiguer le problème. Il va donc falloir construire davantage de puits d’eau et de châteaux d’eau protégés, favoriser l’hygiène en mettant à disposition des toilettes dans les communautés ou encore former les populations locales pour qu’elles puissent prendre en charge elles-mêmes ces défis.

À lire aussi :  Aquaponie : qu'est-ce que c'est ?

D’après l’OMS, ce seront des milliards d’individus qui n’auront pas accès à l’eau potable en 2030 si nous n’agissons pas maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.