Aquaponie : qu’est-ce que c’est ?

L’aquaponie en résumé

L’aquaponie est une méthode de culture qui allie l’hydroponie (c’est-à-dire la culture de plantes hors sol et sans terre) et l’aquaculture (l’élevage de poissons ou d’autres organismes aquatiques). Il s’agit tout simplement de créer un écosystème symbiotique entre poissons et plantes, où les rejets des poissons forment l’équivalent d’un compost pour plantes.

C’est un système similaire à ce qui se passe pour le cycle de l’azote d’un aquarium :

  1. On apporte de la nourriture aux poissons. Les poissons la consomment et rejettent de l’ammoniac dans leurs déchets organiques (cacas).
  2. L’ammoniac est converti en nitrites par des bactéries sélectionnées à l’avance
  3. Les nitrites sont convertis en nitrates par une autre sorte de bactéries
  4. Les nitrates sont utilisés par les plantes pour pousser, et l’on peut récolter des plantes pour nourrir des humains

Lorsque l’écosystème est lancé, il n’y a presque rien à faire : assez peu de maintenance ou d’entretien. Bien moins que pour cultiver des plantes en terre !

Les principaux avantages de l’aquaponie

L’aquaponie présente de nombreux avantages pour les jardiniers et producteurs :

Une réduction du besoin de surface agricole

Les cultures aquaponiques peuvent s’implanter n’importe où, sous serre à l’intérieur… et même dans un appartement (à petite échelle). Pas besoin de mobiliser de la terre arable, pas besoin de jardin, pas besoin de terreau.


Une consommation d’eau réduite

L’élimination des nutriments nitratés améliore non seulement la qualité de l’eau pour les poissons, mais réduit également la consommation globale d’eau en limitant la quantité rejetée sous forme d’effluents. On estime que l’aquaponie ne consomme qu’1/10e de l’eau qu’il aurait fallu pour une culture agricole équivalente : beaucoup moins d’arrosage car l’eau est rarement perdue !


Taux de croissance accéléré des plantes

Faire pousser des plantes est plus rapide grâce à cette méthode : les laitues poussent en un mois contre deux lorsqu’elles poussent en pleine terre. L’élément organique apporté par les poissons est en effet particulièrement nutritif.


Une production tout au long de l’année

Les productions sont possibles aussi hors saison, sous serre ou en environnement contrôlé. Un gros avantage pour une plantation horticole qui peut fournir ses clients toute l’année et profiter des tarifs les plus élevés en hiver, ou pour un simple horticulteur amateur qui veut avoir un potager pour sa consommation personnelle !

Plusieurs cultures en simultané

En aquaponie, il est possible de cultiver plusieurs plantes à la fois : herbes aromatiques, plantes vertes, légumes, salades, légumes-feuilles… y compris dans les mêmes bacs. Une horticulture diversifiée. Et du côté aquatique, on peut aussi élever plusieurs espèces de poissons, crustacés… y compris des écrevisses ! Tous fournirons la matière organique riche en éléments nutritifs pour les plantes !

Moins de nuisibles, de parasites et de maladies

En aquaponie, il n’y a pas de limaces, sous serres il n’y a pas de pucerons, etc. l’environnement est contrôlé, et la récolte est plus rentable. Les plantes sont moins sujettes aux maladies.

Pour aller plus loin en aquaponie :

1
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites
Mise à jour le : 27/11/2021 08:38
Mise à jour le : 27/11/2021 08:38
3
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites
Mise à jour le : 27/11/2021 08:38

Les différents systèmes de culture aquaponique inspirés de l’hydroponiue

L’aquaponie est une extension de l’hydroponie, en ce sens que les cultures sont réalisées hors sol. L’aquaponie ajoute la composante « poissons », alors que l’hydroponie fournit directement une solution nutritive aux plantes. La plupart des méthodes hydroponiques peuvent donc être adaptées à l’aquaponie. Les cinq catégories les plus courantes de méthodes de culture hydroponique sont les suivantes :

L’irrigation par drainage

L’irrigation par irrigation et drainage (ou flux et reflux) consiste à remplir l’unité hydroponique d’eau riche en nutriments, suivie d’une période de drainage, ce qui fait entrer de l’air dans la zone des racines. L’immersion périodique dans l’eau, suivie d’une exposition à l’air, introduit de l’oxygène dans les racines, produisant un environnement propice à des racines saines. Les systèmes d’irrigation et de drainage utilisent le substrat à la fois pour la stabilité des racines et la surface élevée du substrat pour la filtration biologique.

La culture en eau profonde

L’hydroculture en eau profonde utilise une plate-forme flottante ou suspendue avec des trous pour soutenir les plantes. Les racines sont immergées dans l’eau. Un isolant en polystyrène est généralement utilisé comme radeau et des pots en filet en plastique soutiennent les plantes, bien que de nouveaux matériaux de qualité alimentaire aient été développés. Les radeaux sont faciles à utiliser, mobiles, simples à nettoyer… bref, beaucoup d’avantage. En outre, le système est relativement autonome : les plantes dans une unité de culture en eau profonde peuvent vivre jusqu’à deux semaines sans débit d’eau ni aération, contre quelques heures ou quelques jours dans d’autres systèmes.

Le film nutritif

La technique du film nutritif utilise le contact de la zone des racines avec un mince film d’eau qui s’écoule le long d’une surface lisse où les racines des plantes peuvent entrer en contact avec l’air et l’eau simultanément. Cela se fait généralement à l’intérieur d’un canal ou gouttière en PVC blanc. Les plantes comme le basilic et la laitue peuvent être cultivées dans des canaux plus petits, tandis que les tomates, les concombres et les poivrons sont cultivés dans des canaux plus grands pour s’adapter à la masse racinaire plus importante associée à ces plantes. L’eau est acheminée dans les canaux par des tuyaux opaques dont le diamètre varie en fonction de la clarté de la source d’eau et de l’encrassement biologique par les bactéries et les algues.

Le goutte à goutte

Les systèmes d’irrigation goutte à goutte utilisent un substrat pour la culture des plantes qui fournit à la zone des racines un approvisionnement constant en eau et en air. Les méthodes les plus courantes sont la culture en godets et la culture en plaques, et sont généralement utilisées pour les cultures fruitières de grande taille comme les tomates, les concombres et les poivrons. La culture en godets combine les concepts d’inondation et de drainage et de film, créant ainsi une méthode de culture modulaire et mobile pour les grandes plantes grimpantes. Les substrats de culture en godets comprennent généralement de la perlite, des billes d’argile ou de la laine de roche.

La culture verticale

Comme son nom l’indique, le but est de tirer parti de l’espace en 3D, ce qui est particulièrement utile en zone urbaine où l’espace au sol est cher. La culture verticale peut prendre de multiples formes, on retrouve les méthodes précédentes mais aussi des tours de culture, dans ce cas on a une méthode de culture aéroponique, dans lesquelles les racines des plantes sont suspendues dans l’air et arrosées d’eau riche en nutriments, un peu comme pour la culture de plantes épiphytes (orchidées par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *