Lentille d’eau : une plante aquatique à connaître

Vous avez sans doute déjà vu dans les bassins ou étangs, voire dans le marais poitevin, ces tapis verts qui semblent flotter sur l’eau… et qui trompent parfois les promeneurs peu attentifs ou les chiens !

Connaître les lentilles aquatiques

On les appelle aussi lenticules ou lentilles aquatiques, mais elles désignent en réalité plusieurs variétés. Elles poussent en eau douce.

Ces plantes simples, sans tige ni feuille évidente, ont une ou plusieurs racines, radicelles simples selon l’espèce.

La plus grande partie de chaque plante (vulgairement la feuille, même cela n’en est pas une) est une petite structure organisée de « thalle » ou de « fronde » de seulement quelques cellules d’épaisseur, contenant souvent des poches d’air (aerenchyma) qui lui permettent de flotter sur (ou juste en dessous de) la surface de l’eau.

Les espèces de lentilles d’eau

Leur taxonomie demeure assez complexe. On distingue toutefois les espèces suivantes (liste non exhaustive).

  • lemna minor : petite lentille d’eau  : fronde de 1 à 3 mm de diamètre
  • lemna gibba : lentille d’eau bossue : fronde de 2 à 5 mm et une seule racine
  • wolffia arhiza : lentille d’eau sans racines. Elle est très rare et quasiment invisible invisible à l’œil nu puisqu’elle mesure moins d’1 mm
  • Lemna minuta : lentille d’eau à fronde convexe. Longueur de 1 à 3 mm avec une seule nervure ; sans racines
  • lemna polyrhiza : lentille d’eau à racines multiples : fronde large, jusqu’à 1 cm et environ 5 à 15 racines
  • lemna minuscula : lentille minuscule. Importée de Californie et observée en France dès 1966, elle est réellement minuscule, encore plus petite que la petite lentille d’eau.
  • lemna trisulca : lentille trilobée. Elle est petite (5 à 15 mm) et en voie de disparition.

Reproduction des lentilles d’eau douce

La lentille d’eau se reproduit sans graines ni spores, mais par multiplication végétative : on parle de reproduction asexuée.

Chaque lentille produit une nouvelle feuille qui grossit jusqu’à se détacher et à former une nouvelle lentille. Les lentilles d’eau peuvent ainsi rapidement recouvrir une mare, un bassin ou les eaux stagnantes à la manière d’un nénuphar.

La reproduction sexuée existe toutefois chez les lentilles d’eau, même si elles est bien plus rare. Occasionnellement, trois minuscules « fleurs » composées de deux étamines et d’un pistil sont produites, par lesquelles la reproduction sexuée se produit.

Certains considèrent cette « fleur » comme un pseudanthium, ou inflorescence réduite, avec trois fleurs qui sont distinctement femelles ou mâles et qui sont dérivées du spadice des Araceae. L’évolution de l’inflorescence des lentilles d’eau reste ambiguë en raison de la réduction considérable de l’évolution de ces plantes par rapport à leurs parents antérieurs.

Quel est le milieu idéal pour la reproduction des lentilles d’eau ?

Pour prospérer elles ont besoin d’une température comprise entre 6° et 33°, et d’un milieu idéalement riche en nitrates et bien ensoleillé.

Elles privilégient les eaux stagnantes : bassins, marais, étangs… et ne vivent qu’en eau douce.

Dans ces bonnes conditions, la population peut doubler toutes les semaines, voire plus rapidement encore (plus rapidement que le nénuphar). Les lentilles peuvent se superposer et ainsi créer un tapis allant jusqu’à cinq centimètres d’épaisseur !

Les lentilles d’eau : attraits écologiques

Une source d’énergie verte

La plante est actuellement étudiée pour sa contribution aux programmes de biomasse et de bioénergie. Les chercheurs y voient une potentielle source d’énergie propre : elle pousse rapidement, produit cinq fois plus d’amidon que le maïs à surface équivalente, elle ne contribue pas au réchauffement climatique… Elle élimine même le carbone de l’atmosphère.

Les lentilles pour dépolluer les plans d’eau

Par les racines, elle filtre les contaminants bactériologiques, l’azote, les phosphates et les éléments nutritifs des plans d’eau, étangs, terres humides artificielles et eaux usées. La lentille d’eau contribue donc à réduire la pollution de l’eau. Par les frondes (feuilles), elle capte la lumière pour la photosynthèse.

Une étude de 1991 a observé combien elle pouvait absorber de polluants. Les résultats sont extraordinaires. En un an, un mètre carré de lentilles d’eau est capable d’absorber :

  • jusqu’à 700 g de phosphore (depuis des phosphates)
  • 5 450 g d’azote (nitrates et nitrites)
  • 940 g de chlorure
  • jusqu’à 2 300 g d’aluminium ! Oui, deux kilos trois cent grammes d’aluminium peuvent être fixés par un mètre carré de lentilles !

On parle de bioconcentration des polluants.

La lentille d’eau est donc un bel allié écologique qui diminue la pollution de l’eau !

Les lentilles d’eau dans un aquarium

Dans un aquarium, les lentilles d’eau lemna minor sont utiles : elles contribuent à l’équilibre de l’aquarium, notamment en régulant la quantité de nitrates. Tout l’enjeu sera évidemment de les contenir dans un coin et d’éviter qu’elles ne se propagent sur toute la surface ! En général, on bricole un petit système avec des pailles flottantes pour les maintenir dans un coin de l’aquarium et elles ne sortent pas.

Lentilles d’eau et santé : une plante aux mille bienfaits !

La lentille d’eau est comestible. Elle peut être utilisée en complément alimentaire : elle a des vertus anti-démangaisons, contre la fièvre et c’est aussi un soporifique naturel !

En Chine, la lentille est utilisée pour traiter des maladies telles que le rhume la rougeole ou comme diurétique. En Inde, on l’utilise pour se nettoyer les yeux. Elle permet également de compenser des carences en vitamine C et combat le scorbut.

Riche en protéines (40% environ), elle contient autant d’acides aminés que le soja, sans demander autant de terres arables pour pousser !

Des entreprises agro-alimentaires tentent d’investir ce marché. La société Parabel développe le complément alimentaire « Lentein plus », issu d’une de la variété de lentilles d’eau Lemna, la plus riche en protéines (jusqu’à 65 % !).

En Israël, c’est la société Hinoman qui cultive la lentille Mankai, une variété du sud-est asiatique consommée en Thaïlande, au Laos et au Vietnam. L’idée nouvelle est de la consommer en milk-shake pour réguler la glycémie.

Attention toutefois : ne vous jetez pas sur toutes les lentilles que vous trouvez dans les bassins et étangs ! Comme dit plus haut, elles ont tendance à bioconcentrer les polluants. Pas certain que vous en tiriez beaucoup d’effets bénéfiques pour la santé…

Comment cultiver les lentilles d’eau ?

En été, la lentille est appréciée pour couvrir la surface d’un plan d’eau et lui éviter de se réchauffer. À mi-saison, elle joue le rôle d’éponge de température et aide le bassin à réguler sa température.

Pour la cultiver en aquarium ou dans un bassin c’est plutôt simple !

Inutile d’acheter des graines : les plantes se reproduisent sans graine. Elles se multiplient d’elles-même si le milieu leur convient.

Il suffit donc de prélever quelques plantes dans un autre bassin et de les déposer dans leur nouveau milieu. Si l’eau n’est pas trop froide (évitez les gelées nocturnes au début), elles se reproduiront rapidement naturellement.

Comment se débarrasser des lentilles d’eau ?

La lentille d’eau pousse facilement. Elle peut être jugée envahissante et invasive. Si vous souhaitez vous en débarrasser sans faire le travail vous-même, le plus simple reste de demander à un professionnel.

Enlever les lentilles d’eau de façon mécanique

À la main

Vous pouvez les enlever avec une épuisette c’est fastidieux ! Et elles reviendront probablement rapidement si le milieu leur plaît.

Avec une machine : la pompe-broyeuse Skimcrush

Il existe également des appareils pour les pomper et filtrer l’eau, à la vente ou à la location.

Le plus en vogue semble le Skimcrush d’Armorvif. C’est une solution complète qui se charge de la collecte par pompage, du filtre, du stockage en vue de méthanisation ou de compostage.

Comment éliminer naturellement les lentilles d’eau dans un étang ?

Pour éviter la prolifération des lentilles d’eau de façon naturelle, pensez à ses prédateurs : les canards, les poissons rouges et les carpes en raffolent. Ils réguleront la population de lentilles.

L’un des noms anglais de la lentille d’eau est d’ailleurs duckweed : herbe à canard 🙂

Supprimer l’équilibre chimique des lentilles aquatiques

Il faut aussi s’intéresser à l’eutrophisation : un milieu trop riche en azote favorise le développement végétal, et comme les lentilles poussent très facilement, on se retrouve vite envahi ! Vos lentilles ne sont que le symptôme, pas le mal !

Pour supprimer définitivement les lentilles et empêcher leur retour, il faut donc détruire les conditions qui permettent leur prolifération en même temps que les enlever mécaniquement ou avec des animaux. Autrement dit, elles aiment la pollution de l’eau.

Réduisez les nitrates et les phosphates et les lentilles d’eau ne seront plus à l’aise.

Comment réduire les nitrates est phosphates de façon naturelle ?

Vous pouvez vous concentrez sur les eaux entrantes riches en nutriments. Pour ce faire, vous pouvez par exemple installer en amont un bassin de décantation. Plantez-y grandes hélophytes telles que typhas ou phragmites. Ces plantes plantes sont enracinées sous l’eau mais leurs tiges, feuilles et fleurs sont aériennes.

Les nénuphars pourraient également capter une partie des nutriments pour rendre le milieu moins favorable aux lentilles, mais ce n’est pas une technique confirmée.

Prévention contre la prolifération des lentilles d’eau

Enfin, n’oubliez pas que vous pouvez cultiver des lentilles d’eau dans un aquarium ou dans un bassin privé, mais surtout : ne les introduisez jamais dans un milieu naturel car elles peuvent devenir invasives et menacer les écosystèmes déjà présents !

2 réflexions sur “Lentille d’eau : une plante aquatique à connaître

  • Ping : Eaux usées : les trois grandes catégories

  • 25 mai 2020 à 18 h 14 min
    Permalien

    Bonjour, j’aurais aimé savoir comment consommer les lentilles d’eau… Faut-il les faire sécher puis les écraser en poudre en les utilisant comme compléments alimentaires ?
    Il y a des vignes qui sont traitées à environ 100m de l’ancien pédiluve pour chevaux ou poussent les lentilles, et sachant qu’elles sont dépolluantes, y a t-il un risque à les consommer ?
    Merci d’avance pour votre réponse !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *